Marketing Mix : Les 4P traditionnels

Marketing Mix : Les 4P traditionnels

Le marketing mix, plan de marchéage, 4P permet la mise en place d’une stratégie prenant en compte différents élements nécessaires pour atteindre tes objectifs. Le marketing mix sera d’ailleurs grandement influencé par le positionnement que tu auras définit en amont.

Qu’est ce que le marketing mix ?

Le marketing mix se traduit par les actions marketing que tu réalises dans le but d’assurer le succès à ton offre. Il se décline habituellement en 4 domaines que sont le produit, le prix, la communication et la distribution. Traditionnellement, on s’arrête à ces 4 éléments mais en réalité, les « P » ne cessent de se multiplier ! Il conviendra donc de traiter les “P” supplémentaires qui sont pertinents quant à ton activité.

Mais pour le moment, voici les 4P incontournables !

Les 4P traditionnels du marketing mix

La politique produit

C’est ici que tu effectues les choix relatifs à ton offre. Par exemple : les caractéristiques, le design, le packaging, la gamme… Tu identifieras les points de différenciation de ton offre face à la concurrence, si des services sont associés à la vente (service après-vente…) etc.

La politique prix

Le prix de ton produit ou service dépend directement de ta cible, du volume produit, et de ton positionnement.

Il est possible d’opter pour différentes politiques de prix qui sont :

  • La pénétration, qui revient à fixer un prix plus bas que la moyenne
  • L’alignement, c’est à dire pratiquer des prix similaires à ceux des concurrents
  • L’écrémage, qui se traduit par la fixation de prix volontairement plus élevés que la moyenne

La politique communication

La politique de communication regroupe les actions de publicité, de promotion et de marketing direct. Il s’agit notamment d’identifier l’audience visée, le ton à employer dans les messages à diffuser, les supports à privilégier (médias ou hors médias), les canaux, la fréquence de diffusion etc.

La politique de communication dépend directement des objectifs que tu souhaites atteindre à travers la campagne publicitaire à mener.

La politique distribution

Cette étape du marketing mix concerne le mode de distribution de tes produits. Vas-tu les vendre sur internet, en boutique physique, via une chaîne de magasins ou des revendeurs ?

Il est possible d’opter pour différentes formes de distributions tels que la distribution exclusive, sélective, intensive ou par franchise.

Il faut aussi réfléchir aux actions marketing à mettre en place comme le merchandising, l’animation…

Les 2 méthodes les plus utilisées en Copywriting

Les 2 méthodes les plus utilisées en Copywriting

Si on devait condenser la définition du copywriting en l’alliant à son utilité première, cette définition serait le fait de vendre avec les mots. Qu’il s’agisse d’écrire pour ton site web, tes réseaux sociaux ou ta newsletter, ou encore de rédiger une fiche produit, le copywriting est une manière d’écrire, une structure de rédaction attractive qui donne envie à tes clients ou potentiels clients de passer à l’action et plus précisément à l’acte d’achat.

Qu’est ce que le copywriting ?

L’ingrédient indispensable pour réussir ta recette de copywriting est la persuasion ! Le copywriting consiste donc à rédiger des textes dont le but principal est de captiver le lecteur et le pousser à entreprendre une action.

Cette action dépend de tes objectifs et des besoins de ta structure. Par exemple, ton objectif peut être de faire en sorte qu’un prospect achète ton produit mais pas que ! Il existe une multitude d’actions essentielles qu’un potentiel client pourrait réaliser à l’égard de ta marque.

Tu attends peut-être que les visiteurs de ton sites fassent un don ? Demandent un devis ? Téléchargent ton contenu en échange d’un formulaire à remplir ? Prennent rendez-vous ?

Est-ce de la rédaction web ?

Confondre copywriting et rédaction web peut paraître séduisant, mais il n’en est rien ! Ce sont deux choses différentes.

La rédaction web est orientée vers la création de contenu pédagogique afin de remplir des objectifs à moyen ou long terme. Elle repose sur la confiance que ton audience développera au fur et à mesure que tu publieras tes articles, ainsi que sur la transformation de tes leads en prospects puis en clients.

Le copywriting, quant à lui, repose sur un objectif direct, à réaliser dans le court terme et à fort rendement. Son but est de créer des CAT – call to action – susceptibles de convaincre les consommateurs d’acheter, de soumettre des informations les concernant etc.

Alors oui, le copywriting entre dans le cadre de la rédaction mais plus poussée. Par son biais, tu veux marquer le lecteur, susciter en lui des émotions pour le faire agir sans attendre.

Les méthodes principales en copywriting

Le copywriting peut donc être utilisé sur divers contenus tels que tes articles de blogs, les pages de ton site, les fiches produit, ta newsletter, et même dans des vidéos !

Deux méthodes sont généralement utilisées afin de rendre ton contenu convainquant.

La méthode AIDA

AIDA est l’abréviation pour : Attention, Intérêt, Désir et Action. Elle peut s’utiliser sur tous les supports et permet de créer un cheminement jusqu’à l’action.

  • Attention – Le titre ou encore les premières lignes de ton contenu doivent attirer l’attention du destinataire. Dans un univers de plus en plus concurrentiel, il faut savoir faire la différence ! Pourquoi privilégier ta marque au lieu de celle de tes concurrents ? Les premières secondes d’exposition à ton message sont décisives alors il faut commencer par les bons termes ou éléments. Tu peux par exemple utiliser une police d’écriture ou des couleurs qui attirent le regard, commencer par une information surprenante ou drôle… Tout repose sur un message percutant, de l’originalité et surtout, les bons mots clés.
  • Intérêt – C’est gagné, le prospect a envie de lire ton message ! Maintenant, il faut le retenir jusqu’au bout. Pour cela, tu dois connaître ton audience et surtout ses besoins et interrogations. Le message doit être personnalisé afin que le lecteur se reconnaisse en lui et sente qu’il est bien adressé à son besoin ! Ici, tu doit faire comprendre au prospect qu’il obtiendra une solution à ses problématiques, lui montrer l’intérêt de continuer à lire et le bénéfice qu’il en tirera. Tu peux par exemple jouer sur l’empathie, raconter une anecdote…
  • Désir – C’est à ce moment que tu commences à promouvoir ton offre. Tu peux donc expliquer en quoi cette offre consiste et pourquoi elle est indispensable à la résolution des problématiques de ton prospect. Va-t-il gagner de l’argent ou du temps ? Est-ce une offre promotionnelle limitée dans le temps ? Quelles informations, bénéfices, ou services indispensables y trouvera-t-il ? Tu peux susciter le désir à travers du texte, du visuel, des vidéos explicatives ou encore des études de cas…
  • Action – Ici, tu veux donc que le prospect passe à l’action souhaitée. Il faut donc mettre en avant ton ou tes CTA afin qu’ils soient visibles. Il faut donc implémenter des boutons, liens cliquables ou encore un moyen de contact, en fonction de ton objectif.

La méthode PAS

L’acronyme PAS signifie : Problème, Agitation et Solution. Voici son fonctionnement :

  • Problème – Cette étape consiste à identifier la problématique rencontrée par le prospect. Il peut avoir besoin d’apprendre, de s’informer, de mettre en place des outils de gestion de projet… Commences donc par lui rappeler un problème qu’il rencontre (ou même un problème qu’il ne soupçonnait même pas !).
  • Agitation – Ton prospect a donc un problème et peine à trouver la solution. Il tombe peut-être sur des sites peu fiables ou datés ? Peu détaillées ? Tous les côtés négatifs du problème, toutes ces choses si agaçantes doivent être mises en lumière afin de susciter une émotion.
  • Solution – Afin de soulager le prospect (auquel tu as rappelé des expériences peu agréables), proposes-lui TA solution. Fini les problèmes ! Car s’il décide de profiter de ton offre, tout va s’arranger et il ne restera que le positif.

Il existe bien évidemment d’autres méthodes utilisées en copywriting comme la méthode PASTOR, les 4C, le « avant-après » et même le storytelling ! Mais les méthodes AIDA et PAS sont très populaires et rapides à mettre en place.

Qu’est ce que l’inbound marketing en 3 étapes ?

Qu’est ce que l’inbound marketing en 3 étapes ?

L’inbound marketing est un terme qui revient souvent, mais sais-tu ce qu’il veut dire précisément ?

Avant qu’internet ne soit démocratisé, comment faisait-on pour gagner des clients ? Par le marketing traditionnel. Le but était de démarcher et de prospecter de potentiels clients, d’aller les chercher soi-même en espérant qu’ils soient intéressés par notre offre.

Mais maintenant, avec l’avènement des réseaux sociaux et des moteurs de recherches, les pratiques ont quelque peu changé. Les actions de promotions sont de plus en plus individualisées afin de correspondre au mieux à chaque cible et nous préférons attirer les prospects à nous via un contenu pertinent plutôt que d’aller les solliciter.

Qu’est ce que l’inbound marketing ?

L’inbound marketing est ce que l’on pourrait traduire en français par « marketing entrant ». Ce terme fait référence à une stratégie destinée à attirer les clients vers toi au lieu d’aller les chercher toi même.

Cette méthode s’appuie sur la création d’un contenu utile, personnalisé et adapté à ta cible afin de rendre unique l’expérience des utilisateurs. L’avantage réside dans le fait que cette tactique est subtile et n’est pas perçue comme indésirable (comme pourraient l’être les moyens de prospections traditionnels).

L’inbound marketing est donc un processus principalement basé sur le digital, une stratégie social media et donc la création de contenus.

Par exemple, tenir un blog entre dans une démarche d’inbound marketing car, en y publiant régulièrement, tu vas forcément intéresser et attirer des internautes. Le fait d’animer tes différentes pages sur les réseaux sociaux représente aussi une démarche d’inbound. Enfin, si tu possèdes un site web sur lequel tu offres un livre blanc à condition que l’internaute entre son e-mail pour le recevoir, là encore il s’agit d’inbound marketing. Dans ce cas, c’est bien l’internaute qui accepte de te livrer des informations à son sujet afin d’avoir accès à ton contenu.

Les étapes de l’inbound marketing

L’inbound est une démarche qui se décompose en 3 étapes :

  • Attirer – Il s’agit ici de capter l’attention de ton audience cible avec du contenu adapté et un message pertinent. Concrètement, il s’agit donc de générer du trafic et de gagner en visibilité.
  • Interagir – Une fois que tu as attiré ton audience, tu dois pouvoir la transformer en contacts qualifiés en procédant à une collecte de données. Pour ce faire tu dois offrir aux prospects des informations et solutions qu’ils recherchent afin de les aider à résoudre un problème ou à atteindre leurs objectifs. Mais attention au respect du RGPD !
  • Fidéliser – Cette étape repose principalement sur les e-mails et le marketing automation. Tu dois développer ta relation avec les contacts établis par l’intermédiaire de contenu à forte valeur ajoutée. A terme, l’objectif est d’amener une part de ces contacts à devenir prospects, clients fidèles ou encore ambassadeurs de ta marque.

Quelles stratégies pour chaque étapes ?

Les stratégies d’attraction

Comme mentionné plus haut, les blogs et les réseaux sociaux sont partie intégrante de l’inbound marketing, qui repose principalement sur la création d’un contenu adapté à ton audience cible.

Ainsi, les articles d’actualité, les livres blancs, les vidéos, les infographies, des guides ou encore les témoignages clients sont quelques exemples du type de contenu entrant dans la notion d’attraction en inbound.

Tu es donc libre de proposer le contenu que tu souhaites tant qu’il est en accord avec ton savoir-faire et ton image ! L’important est la valeur ajoutée que tu intègres à ton contenu.

Développer ou optimiser une stratégies SEO peut aussi être un bon moyen de gagner en visibilité.

Les stratégies d’interaction

Une vois que tu as attiré un visiteur sur ton site, il faut le pousser subtilement à passer à l’action. Pour cela, il faut bien évidemment établir une relation de confiance avec lui, afin de le transformer en prospect.

Alors, comment faire pour qu’un internaute fournisse des informations personnelles (nom, prénom, mail…) ? Il faut lui proposer du contenu à forte valeur ajoutée en échange de quelques informations le concernant ! Par exemple, tu peux offrir le téléchargement gratuit d’un ebook après avoir rempli un formulaire, proposer l’inscription à ta newsletter afin de recevoir toute l’actualité dans la thématique qui intéresse le visiteur etc.

Les stratégies de fidélisation

La fidélisation repose sur la satisfaction et l’accompagnement à long terme de tes clients. Eh oui ! Un client satisfait peut devenir un véritable promoteur de ta marque !

Il faut agir en conseiller et être présent pour le client. La mise en place de chatbots, par exemple, peut plaire car cela représente une communication rapide et réactive ! Tu peux aussi envoyer des enquêtes de satisfactions quelques mois après que ce dernier ait acheté un de tes produit ou service. Ou encore, l’envoie de promotions pour l’anniversaire d’un client est une attentions qui ne passera pas inaperçue !

La liste des stratégies de fidélisation possibles est longue, mais ce que tu dois retenir est : la valeur ajoutée de ton contenu et la mise en place d’une relation personnalisée et privilégiée avec tes clients.

TikTok : Qu’est ce qui influence la For You Page ?

TikTok : Qu’est ce qui influence la For You Page ?

Comment apparaître dans la For You Page de TikTok ? Tu te poses la question ? Lis cet article afin de découvrir le fonctionnement de l’algorithme de TikTok et la manière dont le contenu y est suggéré !


TikTok est LE réseau social où il faut être. Avec presque un milliard d’utilisateurs, la plateforme représente une opportunité de développement pour chaque marque ou créateur de contenu. En effet, contrairement à d’autres réseaux tels qu’Instagram ou Youtube, TikTok ne s’intéresse pas tant à ton nombre d’abonnés et chacun à une chance d’y gagner en visibilité !

Les paramètres du compte

Tout comme l’algorithme d’autres réseaux sociaux, TikTok accorde une grande importance à la suggestion de contenu. En effet, chaque utilisateur possède sa page « Pour toi » (ou For you page) qui est unique et qui tente de correspondre au mieux à ses attentes et à ses centres d’intérêts.

Les paramètres jouent une rôle moindre comparé aux signaux de classement que nous verrons juste après mais peuvent tout de même influencer le contenu d’une For You Page.

Par exemple, tu as plus de chances de tomber sur du contenu du pays que tu as sélectionné. Aussi, lors de l’ouverture de ton compte, tu as sûrement dû choisir tes centres d’intérêts qui eux aussi vont réguler le contenu qui t’est suggéré.

Les interactions de l’utilisateur

TikTok analyse la manière qu’on les utilisateurs d’interagir avec le contenu afin d’en savoir plus sur ce qu’e qu’ils apprécient ou non. De nombreux facteurs jouent sur ce qui va apparaître dans la For You Page TikTok d’un utilisateur  :

  • Les abonnements
  • Le type de contenu qu’il commente, partage ou aime
  • Le type de vidéos qu’il regardes jusqu’au bout
  • Le contenu qu’il crée sur sa propre page
  • Ses interactions avec la publicité
  • Ses favoris

Les métadonnées des vidéos

Afin de mettre en corrélation les centres d’intérêts de chacun et le contenu approprié, TikTok cherche aussi à comprendre le sujet de chaque contenu. Pour cela, l’algorithme se penche sur la metadata des vidéos.

Ainsi, si tu es créateur de contenu, il faut impérativement dédier un peu de ton temps aux peaufinage de ton contenu. Tu as ta vidéo ? C’est très bien ! Maintenant, il faut réfléchir à la description, aux hashtags, aux effets et à la musique.

TikTok aime qu’on utilise ses fonctionnalités ! Au lieu de monter ta vidéo de A à Z sur un logiciel dédié, privilégies le traitement de ta vidéo via l’application TikTok. Par exemple, utilises les effets et musiques tendances, ou encore, implémente du texte directement sur l’application.

Créer une stratégie pour les réseaux sociaux en 7 étapes

Créer une stratégie pour les réseaux sociaux en 7 étapes

Créer une stratégie avant de te lancer sur les réseaux sociaux est une étape à ne surtout pas sauter !

La stratégie est ce qui va définir ton plan d’action sur les réseaux sociaux, te guider dans ta création de contenu et donc dans l’atteinte de tes objectifs.

Elle te permettra notamment de suivre l’avancement de ton projet et d’évaluer régulièrement les résultats obtenus et ainsi mettre en place des actions correctives si besoin.

Lorsque tu élabores ton plan d’action, il faut que tu sois spécifique car ne pas savoir où l’on va est la meilleure manière d’arriver nul part.

Fixes tes objectifs S.M.A.R.T.

Chaque projet se doit de commencer par la fixation d’objectifs qui soient en accord avec ta stratégie globale ! Sans eux, comment pourrions nous mesurer la réussite de ce que nous avons mis en place ?

Réfléchis donc au but que tu souhaites atteindre et identifies tes objectifs S.M.A.R.T.

Cela veut dire que tes objectifs doivent être spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis.

Analyses ton audience

Lorsque tu crées ta stratégie pour les réseaux sociaux, il est impératif d’analyser tes potentiels fans, tes clients et consommateurs afin de savoir par la suite comment les cibler au mieux. Il faudra par exemple définir leur âge, leur lieu d’habitation, le revenu moyen, les centres d’intérêts…

Les statistiques disponibles sur tes divers comptes sur les réseaux sociaux peuvent aussi t’apporter de nombreuses informations à propos de tes followers ! Cette analyse d’audience entre dans le cadre de la définition de persona.

Observes tes concurrents

La mise en place d’une veille concurrentielle est une étape très importante afin d’être au courant des pratiques de tes concurrents, de leur audience, de ce qui marche ou ne marche pas dans ce qu’ils font… Cela peut aussi t’aider à repérer des opportunités ou à trouver de nouvelles idées !

Intéresses toi à tes concurrents : quels réseaux utilisent-ils ? Que publient-ils ? Quelle est leur réputation ? Qu’est ce qui se dit à propos d’eux sur internet ?

Réalises un audit

Cette étape est importante si ton entreprise est déjà présente sur les réseaux sociaux. Réalises un audits de tes comptes afin de repérer ce qui marche ou non et le type d’audience qui s’intéresse à ton contenu, Compares aussi ta présence à celle de tes concurrents au niveau des partenariats, de l’engagement de la communauté…

Cette étape te permettra de réfléchir à une manière d’améliorer ta stratégie digitale.

Quel réseau pour quel objectif ?

Que tu veuilles redéfinir ta stratégie sur les réseaux sociaux ou la mettre en place, il faut penser à l’utilité que chaque réseau social aura dans l’atteinte de tes objectifs. Il ne sert à rien de se forcer à être présent sur tous les réseaux sociaux juste « au cas où ». Mieux vaut se concentrer sur les plateformes dont tu peut identifier clairement l’utilité pour ton projet, et à laquelle tu souhaites vraiment dédier du temps.

Pour chaque réseau social, demandes toi si tes cibles y sont présentes, dans quel but elles utilisent la plateforme et si cette dernière t’aidera dans l’atteinte de tes objectifs.

Une fois que tu auras les réponses à ces questions et que tu aura choisi les plateformes sur lesquelles tu veux que ta marque soit présente, penses à comment tu vas les utiliser. Par exemple, si tu possède une marque de cosmétiques, tu peux utiliser TikTok pour poster des tutoriels maquillage, Instagram pour présenter tes produits et Twitter en tant que service client.

Définis les mesures à suivre

Bien évidemment, il faut suivre son nombre de likes ou encore d’abonnés, mais il faut aussi définir d’autres mesures à suivre en fonction des objectifs fixés afin de pouvoir évaluer les retombées de ta stratégie et t’assurer que les résultats sont en accord avec les objectifs.

Par exemple, si tu décides de lancer une publicité payante sur facebook, il serait intéressant de suivre le coût par clic.

En fonction de tes objectifs, tu pourras choisir de suivre le nombre de commentaires, de partages, le nombre d’inscription à ta newsletter, les avis clients, les mentions etc.

Contenu et calendrier éditorial

Que faut-il faire après avoir créer sa stratégie pour les réseaux sociaux ? Il faut passer à l’action et la mettre en place !


Tes pages sur les réseaux sont créées ! Il faut maintenant commencer à produire et à planifier ton contenu. Définis la fréquence de publication sur chaque réseau social et surtout le type de contenu dédié ! Par exemple, aura-t-il un but éducatif ou reposera-t-il sur le divertissement ? Quel forme aura ton contenu promotionnel ? Vas-tu publier l’actualité de ton secteur ? Si oui, ce sera en vidéo ou en images ?

Conclusion

Créer une stratégie pour les réseaux sociaux est primordial si tu veux te lancer sur les réseaux sociaux. Elle sera le fil conducteur de ton projet et t’aidera à suivre son avancement tout en te permettant d’évaluer les résultats.

Cependant, rien n’est figé ! Ta stratégie digitale sera amenée à changer afin d’être réajustée en fonction de l’évolution des algorithmes des réseaux sociaux, ou simplement si tu constates de trop gros écarts entre tes objectifs et les résultats obtenus.

Mettre en place une vielle informationnelle facilement

Mettre en place une vielle informationnelle facilement

Que ce soit pour ton entreprise, ton association ou dans le cadre d’un projet personnel, en tant qu’indépendant, mettre en place une veille informationnelle est une nécessité. L’offre est de plus en plus abondante ce qui veut dire que, quelque soit ton secteur d’activité, la concurrence sera probablement rude.

Qu’est ce que la veille et à quoi elle sert ?

La veille informationnelle est une démarche visant à surveiller ton environnement et d’en dégager les informations stratégiques. Elle repose sur la collecte, le traitement, la diffusion et la conservation des informations collectées et te permet de rester informé sur diverses choses.

En effet, il y existe énormément de domaines de veilles, pour chaque besoin. Si tu as besoin de connaître tes concurrents, leurs pratiques et leur stratégies, il faudra mettre en place une veille concurrentielle. Si tu souhaites savoir ce que les autres pensent de ta marque, il faudra une veille d’image ou e-réputation. Une veille sectorielle te permet d’en apprendre d’avantage sur ton secteur d’activité comme les tendances, les évolutions, les technologies ainsi que l’actualité. Nous pouvons aussi citer la veille stratégique qui sert à surveiller ton environnement global afin d’anticiper les risques, saisir les opportunités et t’aider dans la prise de décisions.

On pourrait continuer ainsi car la liste de veilles possible est vraiment longue, mais ce n’est pas le but de cet article. Voyons donc comment mettre en place cette fameuse démarche.

Comment mettre en place une veille informationnelle ?

Définir les besoins et le type de veille à effectuer

Comme dit plus haut, il existe de très nombreux types de veille. Il faut donc que tu définisses ton besoin en information. Tu peux bien évidemment entreprendre plusieurs veilles en même temps.

Une analyse SWOT te seras notamment utile car, en définissant tes forces et faiblesses ainsi que les opportunités et menaces de ton environnement, tu pourras mieux orienter tes recherches.

Réfléchis et écrit toutes les thématiques qui te passent en tête, celles dont tu as besoin. Ensuite, tu peux utiliser un outil de mindmapping afin de classer chacun de ces éléments dans le type de veille correspondant.

Déterminer le cadre de veille

Tout d’abord, si tu ne travailles pas seul, il faut définir les personnes concernées par la veille. L’une des étapes de cette dernière est la diffusion de l’information ; il faut donc délimiter la zone de cette diffusion en définissant les personnes qui recevront l’information.

Ensuite, détermines la forme des informations recherchées. Par exemple, tu peux avoir besoin de données chiffrées, de statistiques, d’ouvrages, de graphiques, de texte, d’articles, d’études de marché… Savoir d’avance ce que tu recherches te fera gagner du temps et te facilitera la tâche.

Enfin, spécifies la fréquence de la veille. Est-elle ponctuelle ? Doit-elle être mise en place de manière constante ?

Sélectionner les sources d’informations

Internet offre un vaste champs de possibilités quand il s’agit de faire des recherches. Sites web, portails de revues scientifiques, sites de statistiques, forums, réseaux sociaux… L’information est partout sur le web !

Mais il ne faut pas pour autant oublier les sources “hors ligne”. Tu peux aussi assister à des conférences, des séminaires, des meet-up, ou encore consulter des ouvrages sur tes thématiques.

Choisir les outils de veille

Selon le type de veille que tu as choisi de démarrer, tu devras utiliser certains outils. Cependant, utiliser des logiciels de gestion de projet tels que Trello ou Monday pourront t’aider dans n’importe quel type de veille. Ils servent à organiser et planifier ton travail ainsi qu’à collaborer avec ton équipe.

Ensuite, tu pourrais aussi avoir besoin d’utiliser les réseaux sociaux en fonction du type d’information que tu recherches.

Si tu souhaites automatiser la recherche d’information et faire en sorte qu’elle vienne directement à toi, tu peux utiliser des outils de curations tels que Paperli, Netvibes, Feedly ou encore Panda. En y ajoutant des sources d’information (flux RSS, URL, chaînes youtube, hashtags Twitter…), ces outils de curation t’informeront des contenus qui sont publiés.

Enfin, si tu souhaites faire une analyse concurrentielle, tu peux utiliser des outils de veille de sites web comme SEMRush ou Ahrefs.